Esperanza logo rond identite visuelle siteEsperanza Joie des Enfants

  
 
                La joie d'une assiette pleine.                   

Le menu quotidien des enfants pour 0,18 euro

La joie qu'offrent les membres donateurs d'Esperanza qui, depuis 1996, accompagnent les enfants de Madagascar.

Avec désormais sept centres nutritionnels et cantines scolaires,
2150 enfants accèdent 
chaque jour à un repas équilibré,
soit plus de 405
000 repas servis par an.


Vous aussi, vous pouvez devenir l'artisan de ces sourires :

50 euros = 1 repas par jour

pendant 1 année pour 1 enfant

Madagascar Tsiroanomandidy enfant

Si vous êtes domicilié en France et imposable,
vous pourrez déduire de votre impôt sur le revenu 
jusqu'à 75% du montant de votre don ! 

Pour télécharger notre brochure CLIQUER ICI               
 




LES NOUVELLES DE NOTRE ACTION RECENTE A MADAGASCAR

Votre générosité fin 2016 nous a de nouveau permis d'équilibrer nos ressources destinées aux cantines malgré l'accroissement de l'activité. MERCI à tous ! Quant aux projets 2017 ils démarrent à pleine vitesse avec le chantier en cours à Mahambo, l'inauguration du dispensaire d'Ambinanindrano, l'étude de deux projets à Imito, le financement du projet d'Antsongo qui avance, la réception d'un don de 27 micro-ordinateurs et la préparation du départ de Robin et Chloé pour six mois à Fanantenana. Retrouvez ces actualités et bien d'autres dans notre "blog actualités" et dans le bulletin d'information diffusé à nos membres et mécènes accessible également sur le site internet.

---- A LIRE DANS NOTRE BLOG ---- 


Toutes les informations que vous pouvez souhaiter, la possibilité d'insérer vos commentaires ou de prendre contact et jusqu'au don en ligne, ce site porte l'appel que nous vous lançons. Merci de votre temps, merci de votre générosité.


ASTUCE : un moteur de recherche et une sélection automatique des articles de notre blog consacrés à l'actualité d'Esperanza Joie des Enfants  --- cliquez ici ---


Pour nous contacter :

foxyform

"A hungry man is not a free man."  Adlai Stevenson