Esperanza logo rond identite visuelle siteEsperanza Joie des Enfants

Pour visionner le dossier de présentation du projet, cliquez ici.


REHABILITATION D'UN DISPENSAIRE
 
Ambinanindrano est le site le plus isolé que soutient Esperanza Joie des Enfants. Il faut cinq à six heures de moto sur une piste improbable pour parvenir à ce village qui n'est pourtant qu'à 56 kilomètres au sud-est d'Ambositra (la route carrossable s'arrête peu après le village d'Imady à 13 km d'Ambositra). C'est une vaste zone particulièrement exposée au paludisme, à la lèpre, à la tuberculose, à la bilhaziose...
 
Un seul dispensaire y est tenu depuis onze ans par un médecin que nous avons rencontré fin 2014 et en avril 2016, le docteur Samy. Il soutient l'ouverture d'un second dispensaire confié aux soeurs de Fatima et plus précisément à soeur Martine qui est infirmière. Aujourd'hui, elle apporte régulièrement son aide à ce médecin. Elle reçoit également pour des consultations dans une petite pièce aménagée dans une maisonnette rafistolée ses propres patients... Or, il y a huit ans, un véritable dispensaire avec ses bâtiments annexes pour le séjour de certains malades ainsi qu'un bâtiment pour accueillir un médecin, a été construit. Pourquoi ce "dispensaire", désormais remis aux soeurs, ne fonctionne-t-il pas ?
 
 

C'est un cas emblématique d'une opération ratée par la faute de la corruption et de l'inefficacité des intervenants, dans une totale impunité. Les bâtiments ont bien été construits mais :
  • le dispensaire n'a jamais fonctionné car il n'a jamais été raccordé en eau (alors que des citernes existent sur le terrain au-dessus); le toit a été mal réalisé avec du matériel inadapté n'assurant pas l'étanchéité (un vrai problème avec les pluies tropicales dans cette région humide); les pièces n'ont jamais été achevées et aucun mobilier ou matériel médical n'a été livré.
  • la très mauvaise réalisation a été conduite par une importante organisation malgache reconnue "d'utilité publique" qui a cependant de nombreuses réalisations réussies à son actif (comme nous l'avons constaté dans d'autres régions notamment un dispensaire à Mahambo et un collège à Sainte-Marie) et qui draine de nombreuses subventions internationales mais avec un contrôle parfois insuffisant (ex: procès d'un ancien dirigeant pour 1500 écoles financées...et seulement 600 construites). La congrégation à qui devait être remis le dispensaire avait contribué à hauteur de 10% du budget du projet.
     
  • le dispensaire n'a jamais fait l'objet d'un agrément administratif (la démarche aboutira désormais après la réhabilitation avec le soutien de la commune et il est prévu par le district de santé que le dispensaire devienne centre de dépistage et analyse de la tuberculose).
     
  • aucun médecin n'est venu s'installer bien sûr dans la maison qui a été construite pour l'accueillir.
 
Les soeurs ont finalement accepté, après plusieurs années de demandes infructueuses de reprise du chantier, de réceptionner le bâtiment et de s'engager dans sa réhabilitation ainsi qu'à l'obtention de l'agrément administratif du dispensaire.
 
Les pathologies les plus courantes sont le paludisme, la tuberculose (mais sans analyse possible sur place), la lèpre (d'assez nombreux cas par manque de soins précoces. Envoyer les malades se faire soigner à Ambositra constitue une vraie difficulté (évacuation des malades par camion).
 
Martine a élaboré le premier projet de rénovation du dispensaire. Ce devis était fortement sous-estimé. Il a depuis fait l'objet de deux mises à jour lors des missions d'évaluation réalisées par Esperanza. Au chantier du bâtiment dispensaire lui-même il conviendra d'ajouter un équipement en panneaux solaires en vue de l'éclairage et d'un réfrigérateur pour les produits médicaux, ainsi qu'un équipement de base en matériel médical. Nous avons la grande joie de nous associer dans ce projet à Alliance et Missions Médicales, ONG regroupant 200 membres dont nombre de professionnels de santé, qui depuis 30 ans a accumulé une grande expérience dans la construction et la réhabilitation de centres de santé ainsi que dans la prise en charge d'opérations chirurgicales dans ses pays d'intervention. De plus deux groupes d'étudiants en médecine de Versailles Saint-Quentin et de Bichat se sont engagés dans ce projet et réaliseront en juillet et septembre 2016 des missions d'accompagnement du lancement du dispensaire.

Il s'agit d'un projet à fort enjeu pour Ambinanindrano en étroite coopération avec le dispensaire public. Un projet urgent pour éviter la poursuite de la dégradation des bâtiments actuels. Donc un projet prioritaire pour Esperanza.

 
Quelle contribution d'Esperanza en 2016 ?
  • Mise à jour FIN AVRIL 2016 au retour de la mission réalisée sur site :

    - Financement quasiment bouclés (dernier dossier en cours décision fin mai)
    - Chef de chantier AMM, Vincent Pirritano (un rôle clé dans le projet) intervention à partir du 18 mai
    @@ RECHERCHE matériels médicaux et dentaires, notamment un microscope. @@


  •